All links of one day
in a single page.
<Previous day - Next day>

rss_feedDaily RSS Feed
floral_left The Daily Shaarli floral_right
——————————— Wednesday 20, November 2019 ———————————

Via Liandri sur Mastodon : un bouquetin grimpe un barrage pour lécher le sel déposé sur les pierres, et redescend la surface quasi-verticale en courant, tranquilou.

Irak -

Un trou dans le dos, une fracture de la colonne vertébrale et une jambe paralysée: "voilà mon sacrifice pour l'Irak", explique le jeune Hamza, grièvement blessé comme des milliers d'autres lors des manifestations antigouvernementales des dernières semaines.

"Si je pouvais marcher, je serais dans les manifestations", affirme cet adolescent de 16 ans, la voix à peine audible à l'autre bout du fil.

Il fait partie des quelque 3.000 personnes mutilées par les violences ayant émaillé le mouvement de contestation qui secoue l'Irak -principalement Bagdad et le sud chiite- depuis le 1er octobre, selon l'ONG Iraqi Alliance of Disabilities Organisations (IADO).

Et ce alors que le pays compte déjà un taux de handicapés parmi les plus élevés au monde, selon l'ONU.

[...]

"Les infrastructures irakiennes ne sont même pas équipées pour les besoins des personnes valides", souligne M. Khafaji.

Et ne venez pas me dire "ah ben t'as vu, ailleurs c'est pire", autant souhaiter un cancer de la gorge quand vous avez une pharyngite.

GiletsJaunes - libertés -

Menace réelle pour l’ordre public ou entrave disproportionnée à la liberté de manifester ? Le code pénal (art. 431-3 à 431-8) ainsi que le code de la sécurité intérieure (art. L. 211-9 et D. 211-10 s.) conditionnent le recours à la force aux principes d’absolue nécessité, de proportionnalité et de réversibilité ‒ le recours à la force doit stopper dès lors que les conditions qui l’ont justifiée ne sont plus réunies. Arié Alimi estime qu’il y a là volonté politique de concilier des méthodes de maintien de l’ordre « qui n’en sont plus » avec des méthodes judiciaires pour diminuer au maximum « la possibilité de manifester, intimider » et in fine, « dissuader ». Désormais, un individu en possession de lunettes de piscine, d’un foulard, peut être arrêté, se voir confisquer son matériel, voire être placé en garde à vue et même en comparution immédiate.

Ce sont des juristes qui écrivent là. Pas de dangereux anarcho-communistes-écolos.

GiletsJaunes - répression -

THREAD PRÉSENTE 4 HEURES AU TRIBUNAL DE PARIS CE JOUR.
AUCUNE PERSONNE VUE EN COMPARUTION IMMÉDIATE N’AVAIT ÉTÉ PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE DÉGRADATION.
DÉSORMAIS, COMME ILS N’ONT PLUS RIEN À TE REPROCHER, ILS INVENTENT « LA REBELLION ».
GILETSJAUNES #ACTE53 #PlaceItalie

Cas d’une étudiante en ergothérapie qui habite sur « une place de la commune de Paris» (ça ne s’invente pas) :
«interpellée à 14h05 place d’Italie» . Elle «aurait résisté avec violence en se jetant au sol». En fait, elle est tombée suite à la charge policière.

Cette jeune femme tombée au sol est poursuivie pour « rebellion ». Le procureur demande 10 mois de prison ferme. Vous entendez bien. Cette femme n’a rien fait sinon être présente à l’heure prévue de départ de la manifestation et 10 mois de prison sont demandé

Les policiers reprochaient à cette femme d’avoir « procédé à la captation d’image en vue de diffusion sur les réseaux sociaux pour appeler à la rebellion». Entre Le 16 et ce jour, ils ont fouillé son téléphone « sans rien trouver » et ont effacé le contenu du téléphone.

[...]

Un autre jugement en attente d’un jugement au fond « sous contrôle judiciaire, interdiction de se rendre à Paris, UNE ANALYSE PSYCHIATRIQUE » et une obligation de pointage tous les samedis au Mans »
Donc dorénavant, tu serais zinzin de te rendre en manifestation déclarée. Le tribunal cherche clairement à humilier les manifestants.

Un homme jugé pour avoir «participé MÊME DE MANIÈRE TEMPORAIRE 🤨 à un regroupement en vue de commettre des violences…». Il était Bd de l’hôpital. il a reçu une grenade ..de « gaz selon lui ».. «il l’a repoussé avec le pied», il est poursuivi pour « violence »
Les policiers mentionnent « une #rebellion », or son avocat ressort une vidéo ( de son cousin) où il se laisse interpeller sans problème.

Le procureur « Je ne suis pas contre les manifestations » Eclat de rire dans la salle.
Le procureur pour accabler le manifestant mentionne sans cesse dans son réquisitoire les violences de la placedItalie, or il est interpellé ailleurs. il prend à de multiples reprises la télé comme référence.

Bref, sur une dizaine de cas, je n’ai vu aucun casseur se faire juger comme le mentionne @franceinfo mais des citoyens souhaitant manifester mais empêchés. On observe un nouveau mode de condamnation « rebellion » et ce même si vous tombez parterre suite à interpellation.

via Tommy

féminicide -

Au 12 novembre, 131 femmes ont été tuées en France par leur conjoint depuis janvier. Une tous les deux jours.

GiletsJaunes - violences_policières -

11 morts, dont une majorité due... à la bagnole, ce qui corrobore largement ce que je disais hier sur le niveau de la violence routière dans ce pays.

Il n'en demeure pas moins que le décès de la dame de 80 ans à Marseille pendant "l'acte 3" est imputable au moins en partie, à la police, étant donné qu'elle est décédée sur la table d'opération après avoir reçue une grenade au visage.

Et on reparle de Geneviève Legay, qui a eu le bon goût de ne pas mourir des suites de ses blessures ?

Elisa Pilarski, enceinte de six mois, a été retrouvée morte samedi, en forêt de Retz, dans l'Aisne, par son compagnon. Elle a été tuée par des chiens.

[...]

La jeune femme de 29 ans était accompagnée de son propre chien, Curtis. Blessé, il aurait amené le compagnon là où se trouvait le corps de la malheureuse.

Tous les yeux se tournent vers les chasseurs qui organisaient, à proximité, une chasse à courre.

La gerbe. La mega gerbe.

violences_policières -

Encerclés et empêchés de sortir ("nassés", en langage manifestant), gazés et pour certains gravement blessés (c'est le cas d'un journaliste indépendant), ils sont nombreux à raconter avoir voulu sortir de la place d'où le cortège devait partir aux premiers signes de tension avec les forces de l'ordre... et à en avoir été empêchés

GiletsJaunes - violences_policières -

Peut-être aussi parce que j'ai en mémoire ce terrifiant """"nous ne sommes pas du même camp"" du préfet-seigneur de guerre Lallement, celui qui commande en dernier ressort aux lanceurs de grenades. Peut-être parce qu'en entendant cette femme en appeler à la justice, sans majuscule, je ne peux qu'être de son côté, de son camp, pour parler comme Lallement. Tous les estropiés sont des estropiés de trop. Mais Manuel Timili est l'image incontestable de la terreur d'Etat qui s'abat sur des Français ordinaires.

Suite de https://www.sammyfisherjr.net/Shaarli/index.php?ZDgGcw

GiletsJaunes -

Alger, Beyrouth, Bagdad, Hongkong, Khartoum, Santiago : une flambée de protestations embrase le monde depuis plusieurs mois.

Ouf, heureusement qu'en France tout va bien.
Je suis perfide, l'animation rudement bien faite qui suit l'article n'oublie pas la France :

Les « gilets jaunes », la révolte des rond-points
Depuis le 17 novembre 2018
11 morts · 4 439 blessés

Champagne.

Je vous laisse établir le comparatif entre les différents pays, les prétendument démocratiques, les dictatures avérées et les autres, et le nombre de morts et de blessés.

ADP - Macron - privatisation -

Mais pourquoi Emmanuel Macron veut-il vendre les aéroports de Paris ? Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé de privatiser une entreprise qui est le numéro 1 mondial du secteur ?
J’en avais assez d’entendre que c’était une question trop compliquée. Que les élus doivent décider pour nous. Alors je suis allé voir tous les camps. Celui des opposants, celui du gouvernement. En fait, le sujet est passionnant.
Il touche aux services publics, au réchauffement climatique. Et à la démocratie : d’ici mars 2020, si 10 % du corps électoral le décide, la privatisation d’Aéroports de Paris (Orly, Roissy Charles-de-Gaulle et une dizaine d’autres aéroports) sera soumise à référendum. Sinon la vente sera lancée.
Encore faudrait-il que les électeurs soient au courant. Ces derniers mois, j’ai croisé des pelletées d’opposants à la privatisation d’ADP qui en avaient à peine entendu parler.

Le préfet est filmé par BFM. Il le sait. C'est même sans doute à la caméra de BFM, que s'adresse, sûre de son impunité, la martiale apostrophe. Quel est donc le "camp" du préfet de police ? En quoi est-il opposé au "camp" de citoyens français qui manifestent pour davantage d'égalité ? Ainsi vole en éclats la fiction des ""manifestants de bonne foi"", que le même préfet assurait la veille distinguer des casseurs. C'est énorme. Mais ce n'est pas la seule énormité, proférée ces derniers jours. Du général "Ferme-ta-gueule- Georgelin, à la PDG de Radio France Sibyle Veil refusant de diffuser les spots de parlementaires soutenant le référendum anti-privatisation d'ADP, se multiplient les signes visibles d'accaparement de l'Etat au bénéfice du "camp" au pouvoir. Mais quelle est la nouveauté ? La multiplication de ces signes, ou bien leur visibilité ?

Suite de https://www.sammyfisherjr.net/Shaarli/index.php?BCKI3Q

GiletsJaunes -

Je pose ça là.

Il n’y a pas de réponse politique, seulement des réponses répressives. La tension monte, entre les manifestants et les policiers c’est devenu électrique, ce que j’ai vu s’apparente à une guérilla. Ce n’est pas la 1ère fois, mais nous avons clairement franchi un nouveau palier.

Nul ne sait où ces guérillas nous mèneront. Loin du manichéisme, je vois beaucoup d’instrumentalisation de la part de l’exécutif et je veux être parfaitement honnête, je rencontre de + en + de policiers qui en sont conscients et en ont vraiment marre, avec des salaires de misère.

Des policiers violents, il y en a aussi. Mais sur le terrain, pris dans cette folie, ce n’est pas si simple et j’ai vu aussi beaucoup de gamins (et de gamines) dans les rangs des CRS, qui avaient un regard apeuré et tentaient simplement de ne pas y passer. C’est la réalité.

Finalement, tout le monde -manifestants, policiers- est otage de cette stratégie de l’exécutif. Pour l’instant, « ça tient encore ». Mais jusqu’à quand ? S’il s’agit d’interpeller tous les manifestants, ça va faire du monde... Surtout que des mouvements massifs sont à venir.

Bref : tous ceux qui étaient sur le terrain hier -je crois pouvoir l’affirmer- ont eu ce sentiment : en l’absence de réponse politique raisonnable, l’exécutif ne tient que par les forces de l’ordre. Il y a de + en + de décalage entre le légal et le légitime.

Et ce décalage sert une stratégie, dangereuse : celle du « moi ou le chaos ». A ce rythme et sans inflexion notable, nous aurons assurément « moi et le chaos ». Voilà, selon moi, les données essentielles du problème : le socle électoral très faible des différents présidents.

Ne pouvant rassembler au-delà de 10 à 16% des inscrits (et cela suffit à « gagner » et éventuellement à se faire réélire), la réponse ne peut plus être que sécuritaire et répressive. Plus il y aura de violence, plus cette stratégie sera imposée comme « inéluctable ».

Le divorce est consommé entre une large partie de la population (70 à 80%) et les élus. C’est toute la question de la démocratie dite représentative, qui chaque jour se rétrécit comme peau de chagrin.

Si l’on ne va pas vers plus de participation (référendums notamment), le fossé va sans cesse se creuser. Ça ne pourra pas tenir indéfiniment. On est déjà très loin dans ce processus mortifère. C’est ça, « le piège ».

-