Chez Sammy

Maison de qualité fondée en 2006

Accueil > Opinions > Classement mondial de la liberté de la presse 2018 : la haine du journalisme (...)

Classement mondial de la liberté de la presse 2018 : la haine du journalisme menace les démocraties

mercredi 25 avril 2018, par Sammy

Etre journaliste “ne préserve pas des assassinats”
La phrase est du président philippin Rodrigo Dutertre, mais elle prend valeur de constat -presque de terrifiant truisme- devant la gravité de la situation.

La France a gagné 6 places par-rapport à 2017, mais il n’y a vraiment pas de quoi plastronner ; cette relativement bonne progression me semble être tout au plus un effet de bord lié à la descente d’autres pays, et le constat est le même année après année : de grands groupes industriels dominent le secteur et exercent une censure qui ne prend même plus la peine d’être diccrète (coucou Vincent Bolloré), tandis qu’une large part de la classe politique pratique un media bashing qu’elle dénonce en même temps chez des dirigeants comme Donald Trump...

La carte du monde n’est vraiment pas encourageante : les pays en blanc (situation bonne, 9% du total) sont ultra-minoritaires et le jaune (situation plutôt bonne) semble en voie de devenir la norme...


Voir en ligne : Classement mondial de la liberté de la presse 2018 : la haine du journalisme menace les démocraties | RSF


Publié chaque année depuis 2002 à l’initiative de RSF, le Classement mondial de la liberté de la presse permet d’établir la situation relative de 180 pays en matière de liberté d’information. La méthodologie du classement s’appuie sur leurs performances en matière de pluralisme, d’indépendance des médias, d’environnement et d’autocensure, de cadre légal, de transparence et de qualité des infrastructures soutenant la production de l’information. Il ne s’agit pas ici d’évaluer les politiques gouvernementales des pays.

Les indices globaux et régionaux sont calculés à partir des scores obtenus par les différents pays. Ces scores sont eux-mêmes établis à partir d’un questionnaire proposé en vingt langues à des experts du monde entier, doublé d’une analyse qualitative. A noter que plus l’indice est élevé, pire est la situation. La notoriété du Classement mondial de la liberté de la presse en fait un outil de plaidoyer essentiel.